Paris Design Week 2013

Paris Design WeekDans le prolongement du salon Maison & Objet, la Paris Design Week a tissé sa toile dans presque tous les quartiers de la Capitale… j’ai donc arpenté les rues et galeries et vous dévoile mes coups de coeur 2013 !

Paris Design Week / now! le Off / Les Docks, Cité de la Mode et du Design

Commençons pas la Cité de la Mode et du Design, quai d’Austerlitz, où se tenait now! le Off. Véritable pépinière, le lieu est investit par la nouvelle génération de designers pour exposer leurs projets et prototypes… ils sont souvent en quête d’éditeurs et distributeurs, avis aux professionnels !docks-en-seine-la-cite-de-la-mode-et-du-design-ce-sera-pour-mars-2012-10

 

L’un des partenaires de l’évènement, les montres Rado, présentait les différents projets des candidats, dont celui de la lauréate du Rado Star Prize, Mélanie Husson pour ses tables « Trait d’union », au piètement en papier plissé bleu et plateau en béton, pure et féminin !

Gaspard Graulich réinvente le mobilier portatif au montage « enfantin », minimaliste mais efficace, qu’il appelle « Les Frères Plo » ! Les poignées maintiennent le meuble en position fermée et le jeu de couleurs acidulées confère un petit air rétro à ces petits meubles astucieux. 

Loren Manquillet, a quant à elle eu l’idée de recycler de simples bocaux de cuisine en lampe en créant un adaptateur à double pas de vis, pour recevoir à chaque extrémité un bocal classique ou artistiquement réalisé avec le concours d’un Maître verrier. L’éclairage Leds est intégré à la bague centrale, et peut également servir de suspension. Ingénieux, simple et poétique ! Voir la vidéo

Anti-morosité avec les créations de Pade Design où Camille Debons et Grégory Parsy, nous livrent des objets aux formes et couleurs ludiques… tels le lustre « Medusa » et les patères « Bombe H », mis en scène sur l’espace Funt@sy du salon Maison & Objet, c’est bon de l’art joyeux !

Paris Design Week / Carroussel du LouvrePyramide du Louvre, c’est une compétition créative qui a été organisée par le collectif de La Fédération Française du Design, sous l’égide de Piergil Fourquié. Un ring, 2 équipes de 10 designers qui s’affrontent sur le thème « Bois noir / Bois blanc », avec comme but la promotion du bois, création française et peu chère. Et le public votait !

C’est à la Galerie BSL, aménagée par Noé Duchaufour-Lawrance, que Béatrice Saint Laurent présentait des pièces quasi uniques d’Art Design. Toutes plus étonnantes les unes que les autres, ces pièces mêlent sculpture, fonctionnalité, tradition et technologie avec des matériaux bruts tels que le bois, les pierres dures, le cuivre, le bronze… Je m’attarderai plus particulièrement sur les artistes Nacho Carbonnel et ses horloges étranges proches d’organismes vivants et Taher Chemirik qui allie dans « Le fiancé de la Naïve » un jeu de matières et formes très poétiques. Une galerie à découvrir !

Niché dans une petite ruelle du Marais, « l’Appartement » était le temps de l’évènement le théâtre de la nouvelle maison d’édition La Chance, présentant des pièces inédites de design, mobilier et luminaires. L’endroit était charmant, ce qui ne gâchait pas de s’être déplacé ! Société à suivre…

Retour dans le 8ème arrondissement à la Galerie Art District du Royal Monceau. Domeau & Pérès, éditeur de mobilier, exposait des pièces de Matali Crasset, Pharrell Williams, Fabrice Hyber et Marc Newson. Ayant collaboré avec Philippe Stark & Eugeni Quitlet pour le mobilier de l’hôtel, c’était une occasion sublime de faire un tour dans ce bel établissement, qui accorde beaucoup d’importance à l’Art… le grand escalier miroité où se réfléchissent les lustres de cristal est simplement lumineux !

La Compagnie Française de la Chine et de l’Orient, présentait dans la boutique du Bld Haussmann, réouverte en 2012, ses collections uniques d’objets à vivre, spécifiquement crées et fabriquées pour la Maison et étant importés de 26 pays différents. Mais aussi l’exposition Effect d’Hiroko Takahashi où l’artiste est photographiée vêtue kimonos à chaque fois différents, la mise en scène commence dès la vitrine et se poursuit sur les 2 niveaux de la boutique !

Sans transition, visitons  l’exposition « Altérité, Je est un autre ». Pour l’Espace Culturel Louis Vuitton, le voyage a toujours été prétexte à découvrir des territoires inconnus. L’exploration de l’identité en est une, elle questionne au plus profond de soi : « Qui je suis ? Qui est l’autre « . Des artistes tels que Pierre Molinier, Tomoko Sawada, Reza Hazare, Leigh Bowery, Francesca Wodman et Tal Mazliach ont chacun apporté leur éclairage sur le sujet. Seule oeuvre a avoir été autorisée de photographier, la très colorée Tumtum de Gil Yefman, où l’artiste pratique avec obsession le tricot comme thérapie et multiplie les rapports d’échelle les organes et liquides corporels : interrogation sur son identité, sa sexualité et les frontières entre féminin et masculin. La vidéo spécifiquement créée pour l’évènement était absolument fantastique ! Cliquez sur la bande annonce de l’exposition pour vous faire une idée plus précise.

Passons à présent les portes du périphérique Nord pour arriver à Saint Ouen. La Manufacture Design accueillait, le temps de l’évènement, les oeuvres du collectif d’artistes anglais Troïka. Ce groupe travaille et créé des oeuvres monumentales autour de la lumière, alliant technologie et poésie. Olivier Saguez a inauguré cette exposition en compagnie de l’une des artistes, Conny Freyer et a présenté en avant première, le projet de suspension « Trunkless Tree » (arbre à palabres de 12m de diamètre, composé de 6500 feuilles de Dibond plié) qui sera installée au Centre Commercial Aéroville et dont l’inauguration est prévue le 16 Octobre prochain. A voir sur le petit film, les autres oeuvres en mouvement.

  • Light Rain où les gouttelettes de lumière tombent dans un halo et doux bruit, c’est tellement délicat et poétique.
  • Cloud est composé de « flip-dot » qui tournent au gré du programme informatique recréant ainsi l’apparence d’un nuage, tantôt noir, tantôt argent, avec le bruit de la mécanique en sus !
  • Thixotropes, est une structure lumineuse qui, in situ, tourne a très grande vitesse, pour faire disparaitre la structure et lui donner vie…

Pour terminer, je vous emmène à la soirée du marché aux puces, à Paul Bert SerpetteOdile Decq, architecte designer, était l’Invitée. Elle présentait dans la Galerie des Puces, son univers « noir & rouge », en ayant chiné parmi les antiquaires du marché les meubles et objets désirés et créant ainsi une pièce à vivre de 35 m2 ! Les plaques d’inox embouties à motif diamant participaient à l’ambiance avec des reflets subtils sur les pièces de design de Pierre Paulin, Joe Colombo, Knoll… et pour la touche rouge, le fauteuil de Gerrit Rietveld. Sublime !

Publicités