La Cité Radieuse, Le Corbusier, Marseille

P1140230La Cité Radieuse de Marseille, unité d’habitation de 337 logements, a été commandée par l’Etat à Le Corbusier en 1947 pour reloger les sinistrés du quartier du Vieux Port, détruit pendant la guerre en 1942, elle sera livrée en 1952. Résolument novatrice, loin des codes de l’architecture de l’époque et des besoins des habitants, la Cité Radieuse, surnommée la « Maison du Fada« , ne remportera pas le succès escompté. Dès 1954, l’Etat se désengage et l’ensemble sera vendu en copropriété. Construite comme une ville verticale, les étages sont appelés des Rues, les 3ème et 4ème dédiés aux commerces, bureaux et hôtel et la terrasse telle un paquebot flanqué de cheminées monumentales est la 5ème façade.

Le bâtiment est constitué de 17 double-rangées de pilotis de 8m de hauteur, cette ouverture de la structure permet de dégager la vue. Pas de façade principale pour cet ensemble pouvant accueillir jusqu’à 1600 habitants, mais un bloc central constitué de 3 entrées débouchant sur le Hall au sol en travertin poli pour renvoyer la lumière, les murs en voile de béton brut où l’on peut voir quelques empreintes de coquille prisonnières dans la matière, le claustra avec quelques carreaux de verre coloré et poteaux avec éclairage de sol intégré pour donner une impression de légèreté. Des bancs de béton ciré, point téléphonique, toilettes publics et point accueil animent ce grand hall. Sans oublier la maquette du MODULOR, grille de mesures s’appuyant sur le « nombre d’Or » et que Le Corbusier a finalisé en 1945 pour adapter le corps humain à la fonction. modulor4-640x284 P1140269Dans la Cité Radieuse, les éléments techniques sont codifiés : les ascenseurs sont Rouge, les monte-charge sont Jaune. Les Rues, d’une largeur de 2m96 sont généreuses pour facilité la communication entre les habitants, néanmoins l’éclairage y est tamisé (uniquement au dessus de chaque porte) pour inciter les bavardages à voix basse. Les portes d’entrée des appartements sont Bleu, Jaune, Rouge côté Ouest et Bleu, Jaune, Vert côté Est. Chaque entrée dispose d’un éclairage au dessus de la porte, d’un bloc boite aux lettres et plis urgents, d’un bloc isotherme pour la livraison des courses (qui communique avec la cuisine) le tout au code couleur de la porte ! L’appartement visité, le 643, de la 6ème Rue, est de type E d’une surface de 98 M² (soit l’équivalent d’un T4), orienté Est/Ouest. Le Type A correspondant à l’appartement de base. Pour tous les appartements, le chauffage est collectif et pulsé par des bouches intégrées aux murs et sous l’emmarchement menant sur le balcon. La configuration de l’entrée et de la cuisine est la même, soit une cuisine ouverte en U de 4,8 M² créée par Charlotte Perriand, elle est réalisée en contreplaqué laqué et entièrement équipée. La salle de vie donne sur un balcon à claustra, on accède aux chambres par un escalier aérien créé par Jean Prouvé.

La 9ème Rue ou 5ème Façade correspond au Toit Terrasse. Sublime vue à 360° sur Marseille, la terrasse était la cour de récréation des élèves dont la pouponnière/école se trouvait au 8ème (fermée depuis 1970 pour non conformité) et le terrain des activités de plein air et sportives des habitants. Le designer marseillais, Ora Ito, amoureux de l’oeuvre de Le Corbusier, a racheté le 9ème et réhabilité l’ancien gymnase en centre d’art, inauguré l’année dernière, à l’occasion de Marseille-Provence 2013. Cette année c’est Daniel Buren, qui a investit les lieux par des jeux de miroirs et de formes géométriques de couleurs.

Pour préparer votre future visite ou tout simplement pour en savoir plus sur les expositions du MAMO. Pour ceux qui n’auraient pas la possibilité d’aller à Marseille, la Cité de l’Architecture de Paris possède une magnifique reconstitution d’un logement meublé… il manquera néanmoins la vue sur la mer ou les collines de Marseille… et la terrasse !

Publicités